La collection Heijs-Voorhuis

Ursula Heijs-Voorhuis (1932-2021): l’une des premières galeristes aux Pays-Bas pour l’art non européen

Vente aux enchères à Wurzbourg:
Samedi, 12 novembre 2022 — 14 Uhr

Exposition:
Paul Gallery, Munich
29 et 30 octobre de 10h à 17h

Hôtel des ventes Wuerzbourg
du 9 au 11 novembre de 10h à 17h

Commander le catalogue

Veuillez consulter les modifications actuelles sur la réglementation Corona.

Elle a 82 ans lorsqu’en 2014 elle donne une interview personnelle remarquable: sur son histoire, ses expériences et ses découvertes, sur sa collection privée Yoruba incroyablement grande, mais aussi sur son point de vue sur le marché de l’art de l’époque.

Ursula Heijs-Voorhuis, elle semble n’avoir rien perdu de son énergie et de l’enthousiasme d’une collectionneuse passionnée. Le fait qu’elle soit l’une des premières, peut-être même la première galeriste aux Pays-Bas, à ouvrir sa propre galerie d’art non européen dans un marché de l’art tribal dominé par les hommes au début des années 1970, ne semble pas valoir la peine d’être mentionnée pour elle. Ce qui compte beaucoup plus pour elle, c’est sa vie épanouie et mouvementée de collectionneuse et de galeriste.

«Tu peux le faire!» Parce que ses amis et ses confidents l'ont finalement encouragée à ouvrir une galerie, elle a décidé, avec un peu d’hésitation au début, de franchir cette étape. Sans grande connaissance préalable. «Je ne savais rien! J'étais si innocente en ce qui concerne la valeur des œuvres. Je ne connaissais pas le métier et je ne savais pas marchander, ni négocier. Mais je pouvais et voulais apprendre!»

Et elle l'a fait. Avec le soutien de sa famille et grâce à la promesse de l'Université de Nimègue, où elle était l'une des rares femmes à étudier la sociologie dans les années 1950, elle pouvait y enseigner aux étudiants et lycéens – juste au cas où….

Des décennies plus tard, elle regarde en arrière avec fierté et à juste titre: «Je n'ai pas fait faillite. Je ne suis pas devenue riche non plus. Mais j’ai fait la connaissance de beaucoup, très beaucoup de personnes et reçu beaucoup de visites. Et j'ai beaucoup appris. Et, j'apprends encore tous les jours!». Elle aime sa maison ouverte, qui est à peine perceptible de l’extérieur, débordante d’art. Une maison qu'elle a construite avec beaucoup d'efforts après son séjour à l'étranger après la mort de son mari (1978) et après son retour à la maison (1983). Une maison ouverte à tous à Berg en Dal, où tout le monde aime venir, où les adultes rapprochent l'art de leurs enfants et petits-enfants, notamment de nombreuses œuvres qu'elle avait vendues et soigneusement rachetées avec beaucoup de difficulté après son retour.

Apprendre, tout au long de sa vie, a été son mantra – en écoutant et en «demandant beaucoup, beaucoup», comme elle aime le souligner encore et encore.

Jeune fille, elle trouve l’accès à l’art et à l’art populaire par l’intermédiaire de son père, lui-même collectionneur d’antiquités. «Grâce à lui, j’ai appris à voir l’art et à reconnaître les différences entre le vrai et le faux.» 

Cependant, les bases et les premières expériences de son activité de galerie ont été posées par le Musée de l’Afrique à Berg en Dal (ouvert en 1954), qui à cette époque était encore dirigé par les missionnaires de la Congrégation du Saint-Esprit, et pour lequel elle a travaillé pendant trois ou quatre ans, assumant volontiers des tâches subordonnées mais a également été autorisée à participer aux préparatifs d’expositions. «Je voulais vraiment y travailler, à tout prix, même gratuitement, parce que tout ce que j’avais le droit et la possibilité d’apprendre là-bas était assez rémunérateur pour moi.» 

À ce moment-là, elle avait déjà fait l’acquisition de premières pièces africaines, des objets ethnographiques; elle garde sa première dans sa collection: une boîte Kuba, du Congo, absolument hors de prix, «acheté bêtement», comme elle le rappelle avec un léger humour.

Suite à de nombreuses conversations avec les pères qui avaient travaillé en Afrique, elle a beaucoup appris sur les modes de vie, les œuvres d’art, leur origine et leur utilisation, a appris à identifier les œuvres et à évaluer leurs qualités. 

L’essentiel de sa galerie de la Smidstraat 7 à Nijmegen (plus tard à Berg en Dal, Bosweg 14) se concentrait sur des œuvres du Nigéria, auxquelles elle avait accès via des collections allemandes et des commerçants d’Afrique «Le Nigéria, parce qu’à cette époque, sur le marché international de l’art, ce n’était pas encore aussi important, c’était plutôt considéré comme de l’art populaire, et était justement abordable pour moi au début».

Elle a développé une relation très particulière avec les œuvres des Yoruba: la diversité des styles qui s'étaient développés dans les différents royaumes, l'influence artistique mutuelle, et l'usage cultuel si ouvertement visible, notamment chez les jumeaux Ibeji. Tout cela a abouti à ce qu'elle appelle une «connexion émotionnelle» à ces œuvres.

Elle était en contact étroit avec Hans A. Witte (1928-2006), aux côtés de William Fagg l'expert reconnu des sociétés Yoruba, professeur en religions et iconographie d’Afrique de l’Ouest à l'Université de Groningue, explorateur et conservateur du Musée de l’Afrique à Berg en Dal. Il s’était spécialisé dans la culture Yoruba et fréquentait souvent sa galerie. Il s'intéressait à ses figures de jumeaux Ibeji, dont elle avait collecté plus de pièces que n'en possédait lui-même le Musée de l’Afrique de Berg en Dal. Ensemble, ils identifiaient les figures de jumeaux collectées par origine, région, atelier ou sculpteur. Grâce à des comparaisons stylistiques, ils ont été possible, notamment chez les Yoruba, de sortir un grand nombre de sculpteurs de l'anonymat. Tous deux travaillaient sur une publication conjointe de leur collection privée Yoruba lorsque Hans Witte est décédé; les œuvres sont néanmoins bien documentées dans l'AHDRC (African Heritage & Documentation Research Center) sous les fichiers Hans Witte, tout comme l'offre actuelle, qui peut être décrite comme l'essence de leur collection Yoruba.

Toute sa collection Yoruba, qui a été rassemblée en 60 ans dans des circonstances partiellement aventureuses, comprenait récemment plus de 4 500 œuvres d’une succession totalisant des dizaines de milliers de pièces, et semblait donc être unique et incomparable. Les musées en Europe, les collectionneurs et les marchands en sont conscients. Convaincue par le concept de Musée municipal de la ville de Zory (Pologne), qui après son redémarrage en 2013/2014 était déjà nominé pour le prix du musée européen de l'année (EMYA) en 2020, et grâce à l’initiative de son proche ami et collectionneur d’Afrique Gustav Wilhelm, une partie de sa succession doit désormais y être exposée. Ursula Heijs-Voorhuis est décédée en 2021, peu après son 89e anniversaire.

Source:
Interview Ursula Heijs-Voorhuis (réalisée et enregistrée par Zbigniew Szendera, 2014), https://vimeo.com/118421341

 

Expositions:

2000 Tussen hemel en aarde, leven met de doden in Afrika, Van Reekmuseum Apeldoorn (NL), commissaire d’exposition Frits Bless

2001 Wereld in beweging, Afrikamuseum, Berg en Dal (NL), commissaire d’exposition Hans Witte

2002 Beelden aan Zee, Scheveningen (NL), commissaire d’exposition Erik Vos

2012 Gelede Masks, TOPIC Museum, Tolosa (ES), commissaire d’exposition Damiet van Dalsum

Nigéria, Yoruba, Ekiti, probable Agbonbiofe d´Efon-Alaye, Collection Ursula Heijs-Voorhuis, St. Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Ekiti, probable Agbonbiofe d´Efon-Alaye

Provenance:
Ursula Heijs-Voorhuis, Sint Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Igbomina, "Maître du tombeau d´Owu Shango", Collection Ursula Heijs-Voorhuis, St. Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Igbomina, "Maître du tombeau d´Owu Shango"

Provenance:
Gerbrand Luttik, Soest, Pays-Bas
Ursula Heijs-Voorhuis, Sint Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Oyo, Shaki, Collection Ursula Heijs-Voorhuis, St. Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Oyo, Shaki

Provenance:
Ursula Heijs-Voorhuis, Sint Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba - Anago, Collection Ursula Heijs-Voorhuis, St. Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba - Anago

Provenance:
Ursula Heijs-Voorhuis, Sint Agatha, Pays-Bas

Cameroun Grassland, Bangoua Ouest, Bassin Fontem, Collection Ursula Heijs-Voorhuis, St. Agatha, Pays-Bas

Cameroun Grassland, Bangoua Oues

Provenance:
Afrika Museum, Berg en Dal, Pays-Bas
Ursula Heijs-Voorhuis, Sint Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Egbado, Akinola de Joga Orile, Collection Ursula Heijs-Voorhuis, St. Agatha, Pays-Bas

Nigéria, Yoruba, Egbado, Akinola de Joga Orile

Provenance:
Ursula Heijs-Voorhuis, Sint Agatha, Pays-Bas